1999 / Impression d’Œdipe

Diffusion

Créé en 1999 au Théâtre Gérard Philippe – Saint Denis.

Diffusé au Théâtre de la Croix Rousse – Lyon,
au Théâtre Gérard Philippe – Saint Denis,
à Bonlieu Scène Nationale d’Annecy…

Distribution

Composition, montage et réalisation : Bruno Meyssat

Avec : Gaël Baron, Sylvie Jobert, Jean-Michel Rivinoff et Marie-Laure Vrancken

Lumières et scénographie : Bruno Meyssat
Régie générale et lumière : Franck Besson
Régie Plateau : Pierre-Yves Boutrand assisté de Laurent Driss
Régie Son : David Moccelin
Prises de son : Olivier Lecrocq
Assistants à la mise en scène : David Moccelin, Elisabeth Doll et Lionel Monier


Un spectacle Théâtres du shaman en coproduction avec La banane Bleue Scènes Nationales d’Annecy et Chambéry, TGP – Saint Denis avec le soutien du Théâtre Bakakaï – Jacques Rosner.

Présentation

Impressions d’Œdipe est un spectacle composé de deux parties créées successivement dans deux villes différentes (en septembre puis en novembre 1999).

La première partie évoque la figure et le destin d’Oedipe et plus particulièrement la volonté indéfectible d’un homme de connaître ses origines.
C’est la lecture d’un livre volumineux qui va emmener quatre frères et sœurs isolés (marginalisés ?) vers cette tragédie de Sophocle qui, de prime abord, pouvait sembler loin de leur milieu et de leurs préoccupations.
Ce texte évoque très vite leur “roman familial” et les relations confuses qu’ils entretiennent. Une représentation va comme éclore dans ce huis-clos sous forme d’actes plus ou moins incarnés et dialogués.

La deuxième partie est plus silencieuse. Il s’agit d’une variation des thèmes exposés lors de la première partie.Ainsi qu’un matériel musical les images construisent des refrains,des fugues, offrent des transpositions, des reprises de quelques situations.

C’est une peinture au sujet d’Oedipe, Jocaste et Laïos. C’est aussi une tragédie de l’inceste qui se reproduit avec de nouveaux protagonistes (de notre temps) ignorant une nouvelle fois la réalité et sa toile. Tout cela se passe sous les yeux navrés d’ Oedipe qui tente de prévenir ce drame – il existerait pour toujours et serait pour toujours présent.
Comme cette tragédie est un archétype, elle a lieu à nouveau ainsi que toutes ses conséquences.
La parole de Dante qui décrit l’ enfer et le paradis vient croiser et commenter certaines situations auxquelles nous assistons.

Presse

Le Figaro

Par Nelly Gabriel
22 novembre 2000

Envoûtant

Libération

Par René Solis
décembre 1999

Objets et secrets familiers