Rondes de nuit
Accueil | Spectacles | Rondes de nuit

Rondes de nuit

Distribution Présentation Photographies

Rondes de nuit

Essai d’un théâtre des peurs de l’homme

Autour du Rameau d’Or de Frazer

Créé le 19 Avril 2001 à Bonlieu, scène nationale - Annecy.

En tournée à l’Espace Malraux, scène nationale de Chambéry, à la Comédie de Valence, CDN Drôme Ardéche et à la MC93 BOBIGNY.
Un spectacle Théâtres du Shaman en coproduction avec Bonlieu Scène Nationale - Annecy, La Comédie de Valance, L’espace Malraux - Chambéry, et la MC93 - Bobigny.
Avec le soutien du conseil Régional Rhône-Alpes dans le cadre du réseau des villes Drac Rhône-Alpes, Région rhône-Alpes, Ville de Lyon.

Distribution

Mise en Scène : Bruno Meyssat
Interprètes : Gaël Baron, Geoffrey Carey, Elisabeth Doll, Delphine Eliet, Pascale Nandillon, Jean-Michel Rivinoff
Scénographie, lumières : Franck Besson, Claude Husson, Bruno Meyssat
Assistants : Delphine Jayot, David Moccelin, Jean-Michel rvivnoff, Anne Vergoli
Son : Olivier Lecrocq, David Moccelin, Patrick Najean
Costumes : Gisèle Madelaine
Construction : François Mazurelle et Frédéric Couade
Régie générale : Gilbert Morel
Régie Plateau : Pierre-Yves Boutrand

Présentation

Ce spectacle s’établit dans un lieu utopique appartenant à la fois au plateau de théâtre et au patrimoine ethnographique.
Il prend sa source sur le territoire des croyances, des pratiques anciennes et des superstitions relatives aux évènements importants de l’existence. Celles-ci représentent un fond de comportement d’une richesse infinie et parlent la langue des couches profondes de l’esprit humain.

A son origine ce projet s’est cristallisé par la lectures des ouvrages de James Frazer rassemblés sous le titre générique : Le rameau d’Or. Ce livre de quelques 2500 pages est une compilation des comportements que les hommes adoptent et adoptèrent face à des situations difficiles où, affaiblis, ils se sentent entre les mains d’esprits, d’entités étrangères ou de forces surnaturelles.
Dans ces moments là, les catégories auxquelles nous soumettons l’espace, le temps, le vivant, et la matière sont malmenées voire inopérantes.
Une manière pour Bruno Meyssat d’approfondir ce qu’il nomme l’acteur ancestral, qui repose dans tout interprète, et de l’inciter à agir, parler, écrire physiquement son livre d’images si édifiant à feuilleter.
Ainsi pendant plusieurs mois de répétions, Bruno Meyssat a reccueilli des images et des séquences sans nom, improvisées par ses acteurs, des actes hors des répertoires, tels que leurs remontées hors de la mémoire nous les présentent et avec elles il a sculpté des images et du temps.
Ce spectacle offre la possibilité au spectateur d’y viser son rêve profond et d’y reconnaître parfois des séquences de sa propre vie.

En examinant le langage utilisé par les superstitions, on constate combien s’abolissent parfois toutes les frontières patiemment élaborées et intégrées par notre volonté pour nous préserver des rencontres avec l’effroi. Comment dans certaines conditions on redevient sensible aux dimensions cachées de l’existence.
Cette somptueuse mécanique de l’invisible représente un texte de théâtre ainsi qu’une dramaturgie.
Et, pour Bruno Meyssat, c’est dans ce lieu là que le plateau s’écrit.

Photographies


© Théâtres du shaman 2009 - Mentions Légales