Le MONDE Extérieur
Accueil | Spectacles | Le MONDE Extérieur

Le MONDE Extérieur

Distribution Présentation Photographies Presse

Du 02/02/2011 au 12/02/2011 - Théâtre des Quartiers d’Ivry - CDN du Val de Marne
Reprise du 3 au 6 Avril 2012 - Théâtre Garonne Toulouse
Un spectacle Théâtres du Shaman en coproduction avec le Théâtre des Quartiers d’Ivry, avec l’aide de La Fonderie (Le Mans) et du Théâtre National de Bretagne (Rennes)

Distribution

Conception et réalisation : Bruno Meyssat

Assisté de : Elisabeth Doll et Véronique Maillard

Avec : Gaël Baron, Julie Moreau, Anne-Sophie Sterck, Marie-Laure Vrancken, Pierre-Yves Boutrand

Scénographie, plateau et lumière  : Pierre-Yves Boutrand, Bruno Meyssat, Olivier Mortbontemps, Franck Besson
Univers sonore : David Moccelin

Costumes : Robin Chemin

Présentation

Inventer/proposer un spectacle dont le sujet est un fait de société qui émergera - ou reviendra avec insistance - dans la presse – lors des mois qui précéderont les répétitions.
Choisir “ce fait” en privilégiant son caractère de symptôme du monde où nous vivons.
Certains événements qui surgissent ou s’installent dans l’espace collectif (un monde extérieur) ont d’étroites correspondances avec ce qui se passe de façon contemporaine à l’échelle de l’individu (un monde intérieur). Ils viennent matérialiser dans l’espace (celui où on peut se déplacer) ces forces agissantes qui nous habitent ou tourmentent nos vies privées. Dans le “grand jour” du monde paraissent ces sensations obscures et innommées de nous-mêmes.
L’actualité nous tend comme un bilan biologique de ce qui nous atteint, car l’actualité nous atteint.


Le MONDE extérieur
est un essai théâtral qui, empruntant des chemins subconscients, tente une réponse plastique à ce que provoquent en nous les événements de la sphère sociale, politique et économique (faces disparates d’un même objet) même si la paroi économique est comme chacun le sait prédominante dans un monde « toutes transcendances éteintes ».
Ceci n’empêche pas que surgissent dans le spectacle des informations très précises : des noms de personnes, d’entreprises, de pays, des données différentes tant il est vrai que de nos jours les commentaires au sujet du monde recouvrent le monde et en atténuent même sa réalité. Souvent les « développements » de quelques notoriétés requièrent toute notre attention en place des faits mêmes sans qu’on ne sache plus bien de quelle autorité intellectuelle elles tiennent leur prééminence.

Nous allons donc aborder le sujet suivant :

Macondo 252 .

Le 20 avril 2010, dans le Golfe du Mexique, peu avant 22 heures, une explosion suivie d’un très violent incendie ont ravagé la plate forme pétrolière Deeepwater Horizon . Elle sombrera le lendemain. Sur les 126 travailleurs présents, 11 ont disparus et 17 ont été blessés.
Cette plate-forme -propriété de la société Transocéan et louée à BP - faisait partie de cette génération d’installation conçue pour entreprendre des forages ultraprofonds. Lors de l’accident, la tête du puits Macondo 252 et sa vanne de sécurité défectueuse se trouvaient à 5.500 mètres sous les fonds marins, le tout sous 1.500 mètres d’eau.

En trois mois près de 650.000 tonnes de pétrole s’écouleront de cette plaie lointaine que seule une caméra a pu observer. C’est la pollution la plus grave concernant les États Unis d’Amérique, nation la plus avide en énergie de la planète.

Fin août le puits a été définitivement rebouché. Demeurent plusieurs nappes de pétrole dilué ( certaines de 35 kms de longueur) dérivant jusqu’à 1.000 mètres de fond. Elles laissent encore ouvert le bilan de cette catastrophe qui, au delà de sa consternante chronologie, remet en lumière les faces cachées de cette activité économique majeure qui fait et défait la politique et initie l’histoire.

L’activité pétrolière offshore repose sur des comportements économiques extrêmes qui sacrifient ou ignorent toute idée de prévention, de partage, de responsabilité envers la collectivité humaine et envers la nature : dérégulation du transport maritime (les plate formes sont enregistrées comme des navires), paradis fiscaux, pavillons de complaisance, financement des partis politiques, mélanges des genres entre élites des sphères publiques et privées, fonds de pension....

C’est à ces titres que cette pollution a été rapportée et commentée dans la presse planétaire. C’est malgré cela que cet événement a disparu de ces mêmes supports.

Le pétrole, huile de roche, est une matière singulière par son âge et sa gestation. Véritable concentré de temps c’est le marqueur de notre mode de production.
A l’état brut, il est l’ Absent, mais le voilà omniprésent par tous ses dérivés : parangon de cette guerre du visible et du dérobé qui marque notre époque méfiante et travaillée par tout ce qu’on extraie de l’ombre et dont on tente la description.

Le Golfe du Mexique est décidément une aire d’ Apparitions.

bMcadix4-10-10

Photographies

Presse

[ + ] Libération 11 février 2011 [ + ] Lettres Françaises mars 2011 par J-P Han [ + ] Lettres Françaises suite

© Théâtres du shaman 2009 - Mentions Légales