Dictionnaire encyclopédique du Théâtre
Accueil | Ligne artistique | Dictionnaire encyclopédique du Théâtre

Dictionnaire encyclopédique du Théâtre

M. Corvin / BORDAS 2008

Meyssat Bruno (Oullins, 1959).
Metteur en scène et scénographe français.

Lorsque, à 21 ans, Meyssat crée sa compagnie avec le comédien Philippe Cousin qu’il a rencontré à l’université et qui sort d’un stage chez Grotowski en Pologne il lui donne avec une belle prescience le nom de Théâtres du Shaman. Plus de vingt-cinq spectacles, de Détention (1981) à De la part du Ciel (2005), des scénographies, des expositions de photographie, des participations actives à des manifestations de musique contemporaine avec Ghedalia Tazartès, Jean-Claude Risset, Luc Ferrari ou François Bayle, contribuent à parfaitement illustrer ce titre.

Bruno Meyssat n’a cessé de tracer la même ligne, de creuser le même sillon, ceux d’un travail de mémoire, naviguant dans un espace-temps particulier entre visibilité et invisibilité, entre passé et présent. Ses spectacles, s’ils s’appuient parfois sur des textes ( Orage de Strinberg, 1996) ou des bribes de paroles, celles de Beckett notamment ( Quoi où, Catastrophe et Va-et-vient , 1997, Pièces Courtes , 1998) oeuvrent essentiellement à partir du silence, un silence exploré de manière singulière et souvent musicale ( Refrain , 1987, Passacaille , 1992, Sonatine , 1995). Pour dialoguer avec les puissances occultes, pour tenter de percevoir ce qui existe entre les choses, pour découvrir la dimension mystérieuse des actions humaines, sa connaissance de la musique donc, sa curiosité pour les questions techniques de régie et de lumière, sa passion de la peinture et de la photographie, son apprentissage du théâtre amateur puis universitaire, ses études de philosophie et de lettres lui auront été un précieux bagage, même s’il se considère comme un autodidacte que la pratique de l’athlétisme aurait endurci et rendu exigeant.

Meyssat qui, selon ses propres dires, pratique un « théâtre de lente imprégnation », a parcouru le monde pour y collecter savoirs, écritures, traces, objets divers et variés qui viennent nourrir ses spectacles ( Ajax, fils de Télamon , 1991, Les Disparus , 1993, Imentet, un passage en Egypte , 1997). En retour il a, ici et là, animé nombre de stages et ateliers aussi bien en France qu’à l’étranger. En 2008, il présente Forces , une pièce quasi inconnue du poète expressionniste August Stramm.

C’est en tout point une personnalité forte et singulière que la sienne.

Bibliographie

B. Meyssat « 12 vertébres »
in LEXI/textes, théâtre de la Colline, l’Arche, Paris, 2007,
J-P. Han

Dictionnaire encyclopédique du théâtre à travers le monde
M. Corvin / BORDAS, 3e édition, 2008


© Théâtres du shaman 2009 - Mentions Légales