Apollo
Accueil | Spectacles | Apollo

Apollo

Distribution Présentation Photographies

Création du 14 au 22 Novembre 2014 à la MC2 Grenoble
du 27 au 30 Novembre 2014 dans le cadre du Festival Mode d’emploi (Subsistances Lyon)
Du 24 au 26 Mars 2015 à la Comédie de Saint-Etienne

Un spectacle de Théâtres du Shaman en coproduction avec la MC2-Grenoble,
Les Subsistances – Lyon, La Comédie de Saint Etienne

La compagnie Théâtres du Shaman est conventionnée par la Drac Rhône-Alpes et la Région Rhône-Alpes et subventionnée par la Ville de Lyon

Distribution

Conception et réalisation :Bruno Meyssat

Avec :Gaël Baron, Charles Chemin, Elisabeth Doll, Frédéric Leidgens, Jean-Christophe Vermot-Gauchy, Marie-laure Vrancken.
Scénographie:Bruno Meyssat et Pierre-Yves Boutrand
Lumière et Régie générale:Franck Besson
Régie plateau, préparation des objets et construction:Pierre-Yves Boutrand, Arnaud Chevalier
Univers sonore :Patrick Portella et David Moccelin
Costumes Robin:Chemin
Assistants:Véronique Mailliard

Présentation

« J’ai passé des heures à contempler le pourquoi de tout cela, pour trouver finalement plus de questions que de
réponses. Toujours cette question qui me venait à l’esprit quand j’étais dans l’espace : est-ce possible que tout cela m’arrive réellement ? Nous avons cassé la matrice habituelle de la vie, et ce n’est pas réparable… »
Eugene Cernan. Apollo 10 et 17


« Les missions Apollo ont confronté des hommes à quelques situations pour lesquelles nous ne possédions que des images fantasmées puisqu’elles concernent des zones frontières pour le corps, les matériaux et l’esprit. Ils furent vingt-quatre à rompre avec le sort commun et à vivre une confrontation inédite avec la Lune.

Nous avons été particulièrement intrigués par la manière dont ils ont été préparés à ces événements radicaux. Toutes les heures qu’ils passèrent dans des simulateurs ont estampillé ces explorations. Elles les ont protégés de l’agressive étrangeté d’ « être vraiment sur ou proche de la Lune » mais elles les ont aussi placés dans un état instable de déjà-vu si étrange qu’il marque leur témoignage du sceau du conte, de l’étonnement, traversés qu’ils sont d’un courant intermittent de pensées subliminales. Leurs situations d’une inquiétante étrangeté nous parlent de l’homme déplacé, naissant à une réalité indescriptible. Magnifiquement.
Ainsi ces premiers pas dans cet espace sans événements et ces heures serties de silence, de danger et d’immobilité absolus.
Leurs actes restent à ce jour inédits. Pendant notre enfance, ces vols habités ont comblé notre besoin de surnaturel et d’élargissement du quotidien. Y revenir aujourd’hui c’est distinguer ce que ces événements singuliers, par leurs nombreux hiatus, traduisent encore de notre condition. C’est reprendre une sente aujourd’hui recouverte qui a pu, pendant quelques mois, transcender marasmes politiques, guerres et dissensions chroniques. Les faits Apollo sont archaïques, étranges et familiers. Aujourd’hui, se souvenir d’Apollo nous semble important. »
Bruno Meyssat

Photo Michel Cavalca
A propos d’Apollo
Pour le grand public le programme Apollo couvre cinq années pleines. Il commence en janvier 1967 par l’incendie traumatisant pour la NASA de la capsule Apollo 1. C’est la mort instantanée par brûlures et étouffement de son équipage lors d’ultimes essais au sol. Il s’achève en décembre 1972 par le retour de l’équipage d’Apollo 17, le sixième et ultime vol à s’être posé sur la Lune.
Le programme Apollo en général réveille un paradoxe. Avec l’usage de la bombe atomique en 1945, il est un des faits majeurs du XXème siècle. Mais cet événement recule déjà dans les mémoires et les consciences. Il n’est plus instruit, il devient méconnu.
(…) On mesure combien un projet de cette ampleur fait défaut de nos jours et imaginer ce qu’il a pu représenter pour les hommes et les femmes de la fin du XXème siècle. Une société qui avait tendance à tout réduire était témoin d’un événement cette fois impossible à réduire.
Apollo 8 avait décollé le 21 décembre avec F. Borman, J. Lovell et W. Anders à son bord. Ce fut le premier vol habité à se dérouler à proximité de la Lune. On a comparé, non sans raisons, la mission Apollo 8 à celle de Christophe Colomb en route vers l’Amérique. Une extraction du berceau terrestre avait bien eu lieu. À partir de cette date notre vision du monde changea. On constatait pour la première fois combien notre planète était petite, belle et bleue, isolée dans un univers noir profond.


Pour le grand public le programme Apollo couvre cinq années pleines. Il commence en janvier 1967 par l’incendie traumatisant de la capsule Apollo 1 ; il s’achève en décembre 1972 par le retour de l’équipage d’Apollo 17, le cinquième et ultime à avoir aluni.

Ces événements, et les faits qui entourent les premiers pas sur la Lune en 1969, réveillent un paradoxe. Avec l’usage de la bombe atomique en 1945 ils sont un des faits majeurs du vingtième siècle et ils reculent déjà dans les mémoires et les consciences. Ils ne sont plus instruits, ils deviennent méconnus.

S’intéresser à Apollo c’est entamer un voyage en nous mêmes et porter notre attention avec les matrices primitives de notre mental. Ces faits ont confronté des hommes avec des situations pour lesquelles nous ne possédions que des images fantasmées puisqu’elles concernent des zones frontières pour le corps, les matériaux et l’esprit. C’est vers cette dimension humaine que nous portons notre intérêt.


Le programme Apollo était un récit recueilli et vécu presque davantage par l’oreille que par les yeux. Son caractère d’épopée nous amène à tenter un spectacle à ce sujet, à évoquer certains de ses instants héroïques et poignants et, parvenu à sa fleur, son visage enfantin.
Des hommes ont été sélectionnés, ont été préparés, sont partis et revenus. Ils ont marqué l’imaginaire moderne. Ils sont vingt sept à avoir rompu pour un temps avec le sort commun : le voisinage de la Terre. Leurs actes restent à ce jour sans filiation.

Cette « conquête » manifeste notre nature, notre vie psychique et nos ombres. Elle est comme un vaste écran que les Etats Unis avaient tendu aux hommes pour y projeter leurs espérances, leurs peurs, mais aussi leurs forces disponibles...Apollo a rendu possible la visite fugace en nous de quelques espérances collectives.
Dans les situations extrêmes, ou à leur approche, « ce que déclarent », les astronautes et les techniciens qui les suivent nous expriment, nous dessinent magnifiquement.
C’est ce qui fait d’ Apollo un acte inconnu et familier, un archétype.
Les faits historiques sont importants non pas parce qu’ils on eu lieu et se sont « passés » mais parce qu’ils ont lieu à nouveau. Si on les travaille. Et le plateau d’un théâtre peut en être l’endroit.


On peut à ce jour mesurer combien un appel de cette ampleur fait défaut et imaginer ce qu’il a pu représenter pour les hommes et les femmes de l’époque. Une société qui avait tendance à tout réduire était témoin d’un événement impossible à réduire.
"Les voyages dans l’espace étaient devenus la dernière façon
de découvrir les puits métaphysiques de ce monde de techniques
qui étouffaient les pores de la conscience moderne."

Norman Mailer-Bivouac sur la Lune

C’est aussi un récit héroïque, celui dont l’Amérique se dota pour traverser autrement les mornes et abominables réalités de la guerre du Viet Nam ou celles d’un consumérisme déjà triomphant.

1968

Ce programme arrive au bon moment pour les Etats Unis.
L’assassinat du défenseur des droits des citoyens Martin Luther King, en avril 1968 avait déclenché dans beaucoup de villes des USA de graves émeutes parmi la population noire. Deux mois, plus tard, Robert Kennedy, le frère du président assassiné, favori pour les présidentielles, fut abattu lui aussi. Le climat politique était à l’orage et la culture politique du pays menaçait de sombrer dans le chaos.
Mais l’année 1968 se termina par un triomphe pour le vol spatial américain. Apollo 8 décollait le 21 décembre avec F.Borman, J.Lovell et W.Anders à son bord. Ce fut le premier vol habité à se dérouler à proximité de la Lune. Ces trois hommes virent de leurs propres yeux sa face cachée.


On a comparé, non sans raison, la mission Apollo VIII à celle de Christophe Colomb en route vers l’Amérique. A partir de là la vision du monde changea. On constatait pour la première fois que combien notre planète bleue était petite et presque perdue dans l’univers immense.
Réaliser un spectacle au sujet du projet Apollo c’est aussi s’intéresser à une époque qui sut inventer un chantier surdimensionné pour les hommes, un défi compliqué, fatigant pour les équipes, dangereux, exposé et onéreux. La dimension symbolique y était convoquée.

Un espace intérieur
S’intéresser à Apollo c’est entamer un voyage en nous mêmes et porter notre attention avec les matrices primitives de notre mental.
De plus, la conquête spatiale a ceci de particulier qu’elle ne nous sollicite pas au niveau de notre personne, de notre nationalité mais, à son acmé : « les premiers pas sur la Lune », au niveau même de l’espèce.
Le 21 juillet 1969, demeure à ce jour la seule date de l’histoire où la collectivité humaine s’est sentie concernée et interpellée dans ses songes, sa chair et ses pensées par l’acte de trois d’entre eux : Neil Armstrong, Edwin Aldrin et Michael Collins. Ce fut le privilège et l’unicité de cet événement, de ce matin, de cette nuit, de ce midi selon notre place sur la Terre à et instant là.

Humanité
Nous devons relire avec attention cette parole publique de Virgil Grissom, astronaute : « si nous mourrons, le public devra l’accepter. Nous faisons un métier dangereux et nous espérons que, si quelque chose arrive, cela ne retardera pas le programme. La conquête de l’espace vaut qu’on risque sa vie ». Grissom périra brûlé et étouffé dans le huis-clos de la capsule Apollo 1 lors d’un essai au sol le 27 janvier 1967.
Aujourd’hui, la dépense de la vie au regard d’une action collective est devenue un scandale pour des militaires mêmes. Dans cette séquence d’histoire, la mort était inclue dans le projet de ces vols habités. C’est ce qui rend cette entreprise archaïque voire tragique au sens grec.
La dimension humaine prévaut dans ce projet. Même si la technique y est portée à son maximum, l’individu demeure central. Pour se donner une idée de cette prépondérance des hommes on peut rappeler que le système informatique emmené par les vols Apollo était doté d’une mémoire RAM de 4 Ko, c’est à dire moins qu’une montre digitale d’aujourd’hui…
Pourtant pour Apollo, tout a du être inventé, mis au point spécialement : des systèmes de guidage aux globes terrestre des simulateurs, du moindre relais électrique au système de stabilisation du Crawler, ce chariot hors norme qui amenait la fusée Saturn V sur son pas de tir. Un verre spécial a ainsi été conçu pour la visière anti-éblouissante du casque.


Hantises
Une fois qu’on lance un engin dans l’espace on réunit toutes les conditions pour qu’il ne tombe pas en panne. Le matériel est soumis à des accélérations et à des vibrations épouvantables. Une fois dans l’espace il est exposé au vide, aux rayonnements, à des changements instantanés et considérables de températures (200°c). Et les vols Apollo décisifs emmenaient trois hommes…
Tout devait avoir « la qualité lunaire », au delà des techniques et exigences courantes.

Ces vols dans l’espace ont favorisé des approches irrationnelles des événements, incitant les techniciens à envisager une psychologie des machines.
Les phénomènes électriques étaient souvent si incompréhensibles et péniblement inexplicables que les astronautes et les ingénieurs de la NASA employaient le mot glitch pour justifier un phénomène électrique injustifiable tel que la lumière d’un tableau de contrôle s’allumant brusquement alors que la machine concernée ne fonctionne pas. C’était parfois non seulement difficile mais impossible à expliquer. On appelait donc ça un glitch.

Les machines « étaient » devenues sensibles tel Carl, l’ordinateur de 2001 Odyssée de l’espace…

La Lune

Il était attendu que cet agrandissement des aires de l’homme s’effectue en confrontation avec la Lune qui est le lieu le plus lointain que l’on distingue à l’œil nu et qui présente des surfaces distinctes comme les terres lointaines de nos paysages.
La Lune est aussi concrète qu’onirique, familière de tous et en même temps vécue comme inaccessible. C’est elle qui nous renvoie les rayons du Soleil en rappelant qu’il ne s’éteint jamais. Elle est La porte du Cosmos pour chacun. Ce statut échappe donc au Soleil que nous côtoyons pourtant davantage.
Pour la plupart des astronautes, le côtoiement de cet « hyper réel » a été une surprise, une intrusion de la méditation. La rotondité de la Lune soudain révélée à leur regard, fut même perçue comme une manifestation de sa sollicitude pour ces observateurs venus de si loin.

La Lune, une personne dotée de sentiments, fluctuante et émue…
A sa fréquentation, la dimension ancienne du conte pour enfants a resurgi pour quelques uns, la foi pour d’autres, la dépression aussi pour un d’entre eux.

<br
Le corps des astronautes est un domaine particulier de ce projet.
Il est le lieu d’une contradiction importante. C’était un corps surentrainé, éprouvé, sondé, mis à l’épreuve comme peu de corps modernes le furent. Il était expertisé. Ainsi on savait tout des équipages embarqués, de leurs organes, de leur cœur, de leur poumons, de leur foie.. jusqu’à la façon dont ils défèqueraient dans l’espace…La douleur physique et mentale avaient été conviées lors d’interminables tests qu’ils subirent.. De nombreuses pharmacopées leur furent administrées, à tous prétextes. Pourtant, des jours durant, ces corps d’une force considérable allaient vivre le confinement le plus strict, un état à la fois d’alerte permanente et de passivité intermittente dans un espace restreint et partagé. Leur tonicité, leur courage physique, leur endurance étaient mises en réserves.

Entre temps ces corps étaient sous tutelle, emmaillotés, sondés en permanence (capteurs sur tout le corps). Ils portaient des couches. Ils étaient régressés et tout à la fois portés à l’aventure absolue (comme quand tout commence il est vrai).
Ils étaient à la fois très dirigés, programmés et mis dans des situations où la métaphysique, la mort et les visions seraient au rendez-vous. Ces êtres divisés portaient l’héroïsme de ces turbulences et l’ampleur de cette bataille interne. Ils sont intouchables, mystérieux, exposés aux foules et éminemment fragiles dans « l’autre territoire ». On redoute pour eux toutes blessures, contaminations, accrocs. Ils vont s’allonger de 2 à 4 cm car les vertèbres s’écartent. Ils vont perdre jusqu’à un tiers de ses globules rouges.
Au décollage la pression qu’ils subissent correspondait à quatre fois leurs poids comme si on empilait des briques sur leur corps. Leurs yeux subissaient une pression insensée. Ils étaient secoués comme si les Dieux se faisaient des Martini dans un shaker. Ils étaient allongés sur le dos pour que le sang ne se retire pas de leur tête.

Ça commençait comme ça…..
E.Cernan (Apollo 17) fait cette remarque :
« … Confrontés à cet environnement hostile et nouveau où il n’y pas d’horizon, pas de haut ni de bas, et où la vitesse et le temps prennent une autre signification, non seulement on ne connaissait pas les réponses mais les questions étaient inconnues »
Bruno Meyssat –Novembre 2013

Photographies


© Théâtres du shaman 2009 - Mentions Légales